MembresCharte FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Vérifier ses messages privésVérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[Chl] à [Ci] comme Chlordane, Cime, Cirrhe, etc.
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index du Forum Plante Intérieur -> Lexique des termes utilisés en horticulture
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 1:53 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chrysalide Entomologie. État intermédiaire du développement de certains insectes : c’est l'état qui sépare la larve de l’adulte.
Seuls les insectes à métamorphose complète (Lépidoptères, papillons), passent par l’état de chrysalide.
La cuticule nymphale est durcie, souvent colorée, mais laisse apparaître les fourreaux des pattes, des ailes et des antennes du futur adulte. Les chrysalides sont très peu mobiles ; beaucoup sont enfermées dans un cocon.
On dit aussi nymphe, pupe.

Chrysobalanacées Taxonomie. Famille de plantes dicotylédones, ordre des Rosales qui comprend environ 400 espèces réparties en 17 genres dont : Atuna, Chrysobalanus, Hirtella, Licania, Parinari.
Ce sont des arbres et arbustes des régions tropicales.

La classification phylogénétique APG II (2003) situe cette famille dans l'ordre des Malpighiales.

Chrysolite Géologie. Groupe de minéraux formant une solution solide continue de la forstérite (silicate de magnésium) à la fayalite (silicate de fer).
Le terme intermédiaire de cette série est appelé péridot ou olivine et contient un peu plus de magnésium que de fer.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 1:56 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chrysomèle des racines du maïs Entomologie. Insecte (Diabrotica virgifera) de l'ordre des Coléoptères, famille des Chrysomélidés, originaire d'Amérique centrale (région de Panama), elle fait partie d’une famille qui comprend 338 espèces, dont le territoire s'est progressivement étendu à travers l'Amérique du Nord jusqu'au Canada. Elle a été signalée pour la première fois en Europe en 1992, en République fédérale de Yougoslavie (Serbie), près de l’aéroport international de Belgrade. Pour mémoire, l’Ile-de-France est touchée par la chrysomèle des racines du maïs depuis 2002, année où deux foyers ont été découverts à proximité des aéroports de Roissy et d’Orly. En 2004 et 2005, cinq autres foyers ont été décelés dans la région. En 2007, six nouveaux foyers ont par ailleurs été détectés en Rhône Alpes, Alsace et Bourgogne.
Mesurant de 5 à 6 mm, son corps est uniformément jaune vif, sauf la tête et les élytres marqués de deux bandes noires.
Deux longues antennes implantées sur le front sont le plus souvent rabattues le long du corps.

Les femelles déposent leurs œufs (en moyenne 1000 par individu) au pied des plants de maïs entre août et octobre. Ceux-ci résistent très bien à un froid très intense et les larves éclosent au printemps à fleur de terre.
Elles meurent généralement en l'absence de cette plante. Au terme d'un mois de stade larvaire, la nymphose intervient puis un nouvel insecte adulte apparaît, capable de procréer.

Historiquement, le maïs savait se défendre contre ce petit coléoptère en émettant une substance qui attire des vers minuscules (des nématodes) pour tuer les larves indésirables et le délivrer de son ravageur. Or, cette aptitude aurait été perdue au cours des processus de sélection menés en Amérique du Nord, selon une équipe de l’université de Neuchâtel, en Suisse, qui a travaillé sur le sujet. Si aux USA, les agriculteurs ont essentiellement recours aux pesticides pour lutter contre la chrysomèle des racines du maïs, en y consacrant plus d’un milliard de dollars par an, la France, et plus particulièrement la région Ile-de-France, privilégie la rotation des cultures.
Le résultat est pour le moins probant, avec pour la deuxième année consécutive, aucune chrysomèle des racines du maïs de détectée durant l’été en Ile-de-France. Sans capture sur ces deux dernières années, et malgré un important dispositif de piégeage (400 pièges installés sur l’ensemble de l’Ile-de-France), l’ensemble des foyers franciliens est considéré comme éradiqué.
Ce résultat démontre l’efficacité des mesures de lutte, et en particulier la rotation obligatoire des cultures, mises en place depuis 2002 par les services de l’Etat et la profession agricole sur le territoire régional. Les mesures réglementaires liées à la gestion des foyers de chrysomèle des racines du maïs seront donc assouplies pour l’Ile-de-France en 2008.
On dit aussi chrysomèle occidentale du maïs.

Chrysomèle rayée du concombre Entomologie. Insecte Coléoptère Acalymma vittatum de la famille des Chrysomélidés, ravageur des Cucurbitacées (concombre, citrouille, courges, melons) ; il s’alimente du feuillage des plants et transmet la bactérie causant le flétrissement bactérien Erwinia tracheiphila.
Les jeunes plants de Cucurbitacées de plein champ sont spécialement sensibles aux attaques des chrysomèles au printemps.
Les rendements peuvent être grandement affectés selon la pression des chrysomèles et du flétrissement bactérien.

On plante une culture piège tout autour du champ afin de créer une barrière lors de l’émergence des adultes des bords de champs au printemps.
Choisir une culture piège qui possède une grande attirance en comparaison avec la culture principale.

Chrysomélidés Taxonomie. Famille d’Insectes Coléoptères Polyphages divisée en 19 sous-familles, environ 37 000 espèces herbivores réparties dans le monde entier.
Presque chaque espèce est oligophage et se nourrit donc exclusivement sur des plantes appartenant à la même famille, voire au même genre
Les adultes sont souvent brillamment colorés ; ce caractère distinctif est un signal d'avertissement de leur toxicité, la défense chimique est très répandue au sein de cette famille.
Les antennes sont courtes, le tégument est lisse et brillant.
Les larves ectophytes ont généralement le même régime alimentaire que l'adulte.
Suite à leur habitude de vie sédentaire (elles passent l'essentiel de leur vie à la surface des feuilles d'arbres, arbustes ou plantes herbacées) et agrégatives, les chrysomèles sont particulièrement exposées à la prédation. Il n'est donc pas étonnant d’observer, a posteriori, qu'elles ont développé au cours de leur évolution, des mécanismes de protection variés contre leurs ennemis naturels.
C’est la famille des doryphores des pommes de terre (Leptinotarsa decemlineata), des altises noires des crucifères (Phyllotreta atra), des criocères de l'asperge (Crioceris asparagi), des altises des crucifères (Phyllotreta nemorum) et des altises d'hiver du colza (Psylliodes chrysocephala).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 1:58 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chrysope Insecte (Chrysoperla carnea) de la famille des Chrysopidés, ordre des Neuroptères.
Les adultes se nourrissent de miellat et de pollen, ils mesurent de 10 à 15 mm. Leurs ailes membraneuses (25 mm) sont transparentes. Le corps et les nervures des ailes sont verts. Les yeux sont dorés. Les antennes sont longues et filiformes.
Les larves s'attaquent aux œufs, aux larves et aux adultes de divers insectes (cochenilles, pucerons et chenilles de plusieurs espèces de lépidoptères) ainsi qu'aux acariens (araignées rouges entre autres). Au cours de son développement, une larve de chrysope peut se nourrir de plus de 500 pucerons ; en une heure, 30 à 50 araignées rouges peuvent être dévorées.

Elle s'attaque à plus de ravageurs que les coccinelles.
L'activité de ces insectes permet de réguler la prolifération des ravageurs. Il faut pour cela pratiquer une lutte raisonnée sur l'ensemble des ravageurs de l'olivier.
Les chrysopes permettent de réduire l'utilisation d'insecticides contre les pucerons et les homoptères ayant ainsi un impact favorable sur la protection de l'environnement.

Chrysopidés Taxonomie. Famille d’Insectes Ptérygotes Neuroptères qui comprend 2 sous-familles, environ 85 genres, entre 1300 et 2000 espèces.

Chrysotile Géologie. Type d'amiante de la famille des serpentines, présentant une texture fibreuse.

Chucheter Agronomie. Pousser son cri, en parlant du moineau, des petits oiseaux et des poussins.
On dit aussi pépier.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:00 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chuinter Agronomie. Pousser son cri, en parlant de la chouette.
On dit aussi huer, ululer, siffler.

Chuinter Physique. Siffler en parlant d'un liquide ou d'un gaz qui s'échappe par un orifice étroit.

Churcka Agronomie. Petite égreneuse (à coton) à deux rouleaux en bois, très primitive, actionnée par manivelle, en usage aux Indes depuis des temps immémoriaux.

Chute des corps Physique. Déplacement spontané vers le sol des objets livrés à eux-mêmes.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:02 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chute des feuilles Botanique. Les feuilles des arbres ont besoin de lumière pour réaliser la photosynthèse. L’automne, les nuits s’allongent de plus de quatre heures. Ce changement radical de photopériode est détecté par les feuilles des arbres. Les phytochromes, (molécules sensibles aux rayonnements lumineux) déclenchent alors un processus de vieillissement très rapide des feuilles.

Au cours de ce processus, les cellules produisent alors un gaz : l’éthylène. Ce gaz s’attaque à la chlorophylle et la détruit. Les feuilles perdent, à la suite de cet événement, leur belle couleur verte. En revanche, d’autres pigments, les caroténoïdes, ont la chance de se développer. C’est alors que les feuilles se colorent de jaune, d’orange et de rouge.

L’éthylène fait enfler les cellules des feuilles. Le pétiole lui ne change pas de taille, ce qui produit des pressions plus ou moins fortes. Pendant ce temps, les cellules de la couche d’abscission produisent des enzymes spéciales en grande quantité. La cellulase est une de ces enzymes ; elle attaque la cellulose. La pectinase s’attaque à la couche de pectine qui retient les cellules entre elles. Les tensions exercées par l’éthylène et les effets causés par les enzymes décrites ci-dessus suffisent à rompre la couche d’abscission en partant de l’extérieur vers l’intérieur du pétiole.

Les cellules qui se trouvent sur le bord de la crevasse commencent à produire de la subérine. Cette substance se dépose dans le vide créé par la rupture de la zone d’abscission. Cela crée un bouchon qui empêchera les bactéries, les champignons, et les insectes de pénétrer dans l’arbre une fois que la feuille sera tombée. Bientôt, la feuille ne tiendra plus que par les vaisseaux conducteurs de la sève. Un simple coup de vent suffira pour faire tomber la feuille.

Avant la chute des feuilles, l’arbre rapatrie la majorité des substances nutritives contenues dans le feuillage. Ces substances permettront à l’arbre de passer l’hiver sans dommages, à condition qu’il ne soit pas victime du verglas.

Chute libre Physique. Mouvement du à la seule attraction d’un astre, sans obstacle ni contrainte.
Les lois de la chute libre, énoncées par Galilée, établissent notamment que, dans le vide, tous les corps tombent à la même vitesse quelle que soit leur masse.

Chyle Biologie. Liquide alcalin de couleur blanchâtre, qui est constitué de lymphe essentiellement, ainsi que de graisses émulsionnées qui ont été absorbées par les villosités de l'intestin grêle lors du processus de digestion des aliments, et qui circule depuis les vaisseaux lymphatiques de l'intestin grêle jusqu'au canal thoracique.
Les vaisseaux lymphatiques qui prennent naissance dans les villosités de l'intestin grêle se nomment vaisseaux chylifères.

Chylomicron Biologie. Petites gouttelettes de lipoprotéines.
Molécule géante, de forme sphérique dont la périphérie est constituée de lécithines et de lipoprotéines très riches en triglycérides (80 pour cent).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:05 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chyme Biologie. Bouillie alimentaire provenant de la transformation du bol alimentaire par les processus de digestions buccale et gastrique.
Le chyme gastrique franchit le sphincter pylorique par fractions successives et devient le chyme intestinal dont les caractères physicochimiques vont se modifier au cours du transit intestinal pour aboutir à la formation d'une masse excrémentielle.

Chymosine Biologie. Enzyme qui coagule le lait, utilisée dans l’industrie fromagère.

Chyprés Horticulture. Famille olfactive ; les chyprés forment une famille née après la création du parfum « Chypre » en 1917 de François Coty. Le succès de ce « Chypre » en a fait le chef de file de cette grande famille qui regroupe des parfums basés principalement sur des accords de : mousse de chêne, ciste-labdanum, patchouli, bergamote, etc.
On distingue :
- chypré fruité ; accord chypré, plus étoffé et agrémenté de notes fruitées comme la pêche, la mirabelle, les fruits exotiques ;
- chypré fleuri aldéhydé ; c’est le canevas fleuri aldéhydé adapté à un ensemble chypré floral plutôt que floral seul ;
- chypré cuir ; à l’une des structures citées, on ajoute des notes de cuir, de fumée, de bois brûlé, animales, et ces compositions sont quelquefois coiffées par une note fraîche, surtout héspéridée ;
- chypré aromatique ; chypré le plus souvent fleuri et à dominantes aromatiques : thym, armoise, genièvre, coriandre ;
- chypré vert ; ici, on assiste à un contraste entre un départ frais et vert (herbe coupée, feuilles froissées) et un fond chaud ;
- chypré fleuri ; à la structure chypré, on ajoute des notes florales telles que muguet, rose, jasmin.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:08 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Chytride Cryptogamie. Champignon pathogène, identifié pour la première fois en 1998 en Australie et en Amérique centrale, qui s'attaque aux Amphibiens.
Batrachochytrium dendrobatidis, famille des Chytridiacées, ordre des Rhizophydiales, provoque le chytridiomycose, une maladie infectieuse, occasionnant la mort des individus infectés en bloquant leurs organes respiratoires ; il est en train de coloniser rapidement toute la planète (présent depuis peu sur le continent européen).
Le chytride appartient à un groupe de moisissures qui décomposent la matière organique morte. Il est présent dans la nature depuis longtemps. Les amphibiens se contaminent quand ils sont dans l'eau. Le champignon qui s'y trouve à l'état de spore s'incruste dans leur peau, s'y développe et forme alors des zoosporanges qui produisent à leur tour des zoospores.

Chytridiomycètes Taxonomie. Classe de champignons à zoospores à thalle rudimentaire.

Cible Génétique. Dans les tests de diagnostic, la séquence d’acide nucléique ou la molécule analysée dans un échantillon.
En mutagenèse, la séquence de gène qui doit être altérée pour produire le changement désiré dans le phénotype.

Cible Gestion. Population que l'on souhaite toucher lors d'une action commerciale ou marketing.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:10 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ciboire Généralité. Vase sacré, en or ou en argent, où l'on conserve les hosties consacrées.

Ciboulette Horticulture. Plante aromatique Allium schoenoprasum, originaire d'Orient de la famille des Alliacées, cultivée pour ses feuilles souvent utilisées comme condiment.
La multiplication s’effectue le plus souvent par division des touffes, au printemps ou à l'automne. En culture commerciale, on la multiplie plutôt par semis en lignes espacées de 20 cm.
On récolte de 3 à 5 mois après la plantation.
Elle se commercialise en frais sous forme de bottillons ou après préparation de type industriel (surgélation, lyophilisation, déshydratation).
Elle se cultive facilement en pot ou sur le rebord d'une fenêtre.
Les feuilles fraîches sont utilisées, crues, ciselées, pour aromatiser les crudités, les salades, et diverses préparations culinaires.
Cuites, elles entrent aussi dans certaines recettes, sauces, omelettes.
On dit aussi civette, chiboulette, brelette.

Cicadelle Entomologie. Nom vernaculaire de plusieurs insectes qui transmettent des maladies aux plantes.
Ce terme recouvre deux groupes d'Homoptères Auchenorrhynches : les Cicadelloidés, proches des cigales et incluant les Cercopidés et les Fulgoroidés (delphacides, issides, cixiides).
Il y a plus de 16,000 espèces de cicadelles répertoriées dans le monde.
Ce sont de petits insectes sauteurs, piqueurs-suceurs, phytophages, aux antennes courtes. Les larves, mobiles, très actives, ont le même mode de vie que les adultes. Ces derniers possèdent deux paires d'ailes membraneuses, disposées le plus souvent en toit au repos.
Les adultes ressemblent (vaguement) à une grenouille tant par leur teinte que par leur façon de bondir.
Certaines cicadelles sont vectrices de redoutables viroses des plantes.
On peut citer la cicadelle blanche, (Metcalfa pruinosa), la cicadelle des grillures de la vigne (Empoasca vitis) et la cicadelle de la vigne (Scaphoideus titanus) qui transmet à la vigne une maladie : la flavescence dorée.
Elles transmettent environ 16 virus importants. Les virus transmis par les cicadelles sont limités au phloème de la plante. Les virus s'accumulent dans le corps de l'insecte et sont transmis par la salive.

Cicadéllidés Taxonomie. Famille d’Insectes Homoptères Auchenorrhynches, superfamille des Cicadelloidés qui regroupe environ 25 genres.
Ce sont des insectes sauteurs et piqueurs qui se nourrissent de la sève des végétaux grâce à leur rostre.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:11 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cicatrice Biologie. Marque laissée par une lésion des tissus après sa guérison.

Cicatrice Botanique. Réaction d’une plante hôte à une lésion provoquée parfois par un agent pathogène.

Cicatrice foliaire Botanique. Trace caractéristique laissée sur une tige par la base du pétiole, après la chute d’une feuille.
Une cicatrice foliaire est dite grosse lorsqu'elle est apparente, plutôt haute et large.
On dit aussi cicatrice pétiolaire.

Cicatrisant Biologie. Qui contribue à la cicatrisation des plaies avec une action antiseptique.

Cicatrisation Biologie. Formation d'un tissu fibreux, d'origine nouvelle, qui remplace une perte de substance (lors d'une blessure par exemple).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:16 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ciconiiformes Taxonomie. Ordre d'Oiseaux de grande taille des pays chauds et tempérés (6 familles, 119 espèces).
Espèces d'oiseaux qui ont des pattes exceptionnellement longues ainsi qu'un cou très flexible.
Ils vivent dans les marais et autres lieux humides.
Exemple : héron, aigrette, cigogne

Dans la classification de Sibley-Ahlquist & Monroe, différentes familles provenant d'environ une dizaine d'ordres « traditionnels » ont été réunies dans un ordre des Ciconiiformes recouvrant plus de 1000 espèces (2 sous-ordres, 30 familles, plus de 250 genres).

Cigare Agronomie. Petit rouleau de feuilles de tabac préparé pour être fumé.
Produit à fumer de forme cylindrique ou galbée, constitué par des intérieurs en tabac battu, haché ou en tripe longue, et muni de deux enveloppes, nommés respectivement sous cape et cape, en tabac naturel ou reconstitué.

Il existe trois familles de cigares qui tiennent à leur mode de production :
- Totalmente a mano : la production la plus soignée, la tripe longue "tripa larga" (longue car les feuilles sont entières), la sous-cape ainsi que la cape sont entièrement posées à la main par un torcedor.
- Hecho a mano : la tripe est courte "tripa corta" et seules la sous cape et la cape sont posées par le torcedor, la tripe est assemblée dans une machine.
- Máquina : Ce sont des cigares entièrement fait à la machine, pour les grosses productions, il s'agit de la moins bonne catégorie de cigare ; il existe deux types de Máquina :
--- tripe longue : cas relativement rare ou la feuille est entière
--- tripe courte : les feuilles qui composent la tripe sont hachées et mélangées, ce sont généralement les chutes de feuilles utilisées pour la conception des Totalmente a mano et Hecho a mano.

Les tabacs utilisés pour la fabrication de cigares sont cultivés principalement au Brésil, au Cameroun, à Cuba, en République dominicaine, en Indonésie, au Nicaragua, au Honduras et aux États-Unis.
Les cigares fabriqués à Cuba (les Havane - Habanos) sont considérés par les fumeurs de cigares comme les plus fins et les plus complexes en termes de dégustation, bien qu'aujourd'hui de nombreux autres pays produisent des cigares de qualité comparable mais pas équivalente.

Cigarette Agronomie. Produit à fumer constitué d'un cylindre de tabac haché, enveloppé dans un papier mince de caractéristiques appropriées.
La cigarette peut être de différentes longueurs et munie ou non d'un bout filtre.

Ciguë Botanique. Ciguë est le nom donné à plusieurs espèces de plantes des décombres et des chemins, de la famille des Apiacées (Ombellifères) dont quelques espèces sont très vénéneuses car elles renferment un alcaloïde toxique, la cicutine :
- grande ciguë ou ciguë tachetée Conium maculatum,
- petite ciguë ou ciguë des jardins Aethusa cynapium,
- ciguë aquatique ou ciguë vireuse Cicuta virosa,
- ciguë blanche, fausse ciguë ou cerfeuil des bois Anthriscus sylvestris.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:18 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cil Biologie. Les cils sont de minuscules poils, que l'on trouve par exemple sur le bord des paupières ou dans la muqueuse nasale.
Leur rôle et de filtrer les particules ou de faire circuler des substances le long du revêtement muqueux, grâce à leurs mouvements vibratoires.

Désigne aussi une structure locomotrice de certaines cellules, ayant la forme d’un poil (protozoaires ciliés).

Cil Botanique. Poil un peu ferme dont sont bordés sur un rang les organes de certains végétaux.
Exemple : feuille de Drosera, de Draba aizoides

Cil vibratile Biologie. Chacun des organites filamenteux dont l'ensemble assure le déplacement de certains protozoaires (paramécie).

Cilié Botanique. Se dit des organes (feuilles) bordés ou garnis de poils disposés sur un rang, comme les cils des paupières.
On écrit aussi cillé.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ciliolé Botanique. Muni de cils de petite taille.

Ciller Biologie. Fermer et rouvrir rapidement les paupières, les yeux.

Cimaise Horticulture. Moulure, sur la partie supérieure d'une corniche, ou à hauteur d'appui sur les murs d'une pièce.

Cime Botanique. Extrémité supérieure d'une plante et plus particulièrement d'un arbre ; ensemble des rameaux feuillés d'un arbre.
Partie supérieure d'un arbre, de forme variable suivant les espèces (pyramidale pour un jeune conifère, étalée pour un pin parasol, etc.).
Dans l'expression rapport cime/racine, le terme cime est employé pour désigner la biomasse aérienne, et le terme racine désigne la biomasse souterraine.
Ne pas confondre avec cyme.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:20 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Ciment Chimie. Liant hydraulique constitué essentiellement de silicates et d’aluminates de chaux, en proportions variables selon les matières premières utilisées :
- silicate tricalcique,
- silicate bi calcique,
- aluminate tricalcique,
- alumino-ferrite tricalcique.
Matière pulvérulente formant avec l’eau ou avec une solution saline une pâte plastique liante, capable d’agglomérer, en durcissant, des substances variées. Il désigne également, dans un sens plus large, tout matériau interposé entre deux corps durs pour les lier.

Les matières premières essentielles sont la roche calcaire et l’argile. Elles sont broyées et éventuellement additionnées de produits secondaires. Le mélange obtenu s’appelle le cru et est composé d’environ 80 % de calcaire et d’environ 20 % d’argile.

Dans le procédé dit à voie sèche, le plus courant aujourd’hui, le cru est préchauffé (et donc séché) dans un précalcinateur. Il est ensuite introduit dans un four cylindrique et tournant, aujourd’hui toujours horizontal (légèrement incliné). Leur longueur varie de 30 à 110 mètres. Un brûleur chauffe l’intérieur du four entre 1 400 et 1 500 °C.

La matière extraite du four s’appelle le clinker et est formée de blocs solides ressemblant à de la lave. Ce clinker est broyé et on ajoute au moins du sulfate de calcium, sous forme de gypse ou d’anhydrite, à raison de 3 à 5 %.
Le résultat est le ciment. Cette formule classique est celle du ciment dit Portland. D’autres types de ciments sont obtenus par adjonction de différents constituants secondaires.

Malaxé avec de l'eau, le ciment fait prise assez rapidement, puis acquiert sa résistance définitive au bout d'une période de durcissement assez longue. Le ciment fait prise à l'air ou sous l'eau.
C'est une gangue hydraulique durcissant rapidement et atteignant en peu de jours son maximum de résistance. Après durcissement, cette pâte conserve sa résistance et sa stabilité, même sous l’eau. Son emploi le plus fréquent est sous forme de poudre utilisée avec de l'eau pour agréger du sable fin et des graviers (granulats) pour donner le béton.

Ciment Pédologie. Toute matière liant entre eux des éléments figurés et conduisant à des roches sédimentaires compactes.
Remplissant les espaces inter granulaires, le ciment correspond en général à une précipitation chimique, finement à largement cristallisée, de calcite, de silice, d'oxyde de fer, de phosphate ; la matière le composant vient souvent en partie des débris eux-mêmes qui se dissolvent préférentiellement à leurs points de contact.
Pour les roches magmatiques et métamorphiques on utilisera plutôt pâte et mésostase.

Cimier Agronomie. Pièce charnue de bœuf, de cerf, prise sur le quartier de derrière.

Cimier Sylviculture. Ensemble des branches et des rameaux qui entourent le sommet du tronc.
On dit aussi houppier et faîte.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:22 pm    Sujet du message: Répondre en citant

CIMP Commission intérimaire des mesures phytosanitaires Agronomie. La Convention internationale de protection des végétaux (approuvé en novembre 1997), prévoit l'établissement d'une Commission des mesures phytosanitaires (article XI) qui doit jouer le rôle d'un nouvel organe directeur pour cet accord mondial. Les membres de la Commission sont les parties contractantes à la Convention et constituent l'organe directeur tel que stipulé dans le nouveau texte révisé NTR de la CIPV.

La commission doit se réunir chaque année pour établir en coopération avec le secrétariat de la CIPV, les priorités en matière d'élaboration de normes et d'harmonisation des mesures phytosanitaires.
Une commission intérimaire des mesures phytosanitaires (CIMP) a été établie comme mesure intérimaire par le FAO jusqu'à ce que le nouveau texte révisé entre en vigueur.
La première session de la commission intérimaire s'est tenue au siège de la FAO à Rome, Italie du 3-6 novembre 1998.

Cinabre Géologie. Sulfure de mercure (HgS) dont la couleur varie de cannelle au rouge écarlate en passant par le rouge brique, ce qui explique que le cinabre ait historiquement été utilisé comme pigment, principalement dans la peinture, mais également comme colorant alimentaire traditionnel.
Cristaux rhomboédriques, rouge coccinelle, transparents ou opaques; éclat adamantin; polarise la lumière.
Sulfure de mercure du système hexagonal, à clivages assez bons, cassure inégale, éclat adamantin, rouge bons, rouge cochenille, écarlate, gris bleuâtre, et par altération jaune orangé à jaune, de forte densité (8,09) et faible dureté (2 à 2,5 ; entamé au couteau).
Par chauffage, on a formation de gouttelettes de Hg. C'est un minéral présent dans des filons hydrothermaux, souvent en imprégnation de grès, de quartzites, ou de calcaires et schistes riches en matières organiques. C'est le principal minerai de Hg.
La plupart du mercure extrait provient de minerais de cinabre.

Cincinnus Botanique. Cyme unipare scorpioïde.
Cyme monochasial sur lequel les fleurs apparaissent le long d'une spirale.

Cinérite Géologie. Roche pyroclastique stratifiée, souvent tendre et poreuse, formée par l'accumulation de cendres volcaniques en milieu marin ou continental.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Sam Fév 13, 2010 2:24 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Cinétique Biologie. Analyse des mouvements dans leurs causes et leur vitesse.
Les causes peuvent être d'ordres chimique (concentration des liquides) ou biochimique (affinité substrat-enzymes).
Durant la digestion protéique, leurs composantes (acides aminées et peptides) sont libérées par les enzymes digestives selon un patron dynamique.
La cellule à digestion permet de mesurer sous quelque forme (libre ou peptidique) et à quel moment les acides aminés sont libérés durant la digestion.
Le terme est souvent utilisé comme suffixe pour désigner les études concernant le mouvement et les vitesses de réactions.

Cinétose Biologie. Ensemble des troubles (nausées, bâillements, sueurs, vomissements, etc.) observés chez certaines personnes qui se trouvent dans un véhicule en mouvement.
L'utilisation de différents types de véhicules (avion, bateau, train, etc.) peut provoquer une cinétose; les symptômes demeurent toutefois les mêmes.
La cinétose est causée par la stimulation inhabituelle de l'appareil vestibulaire et par la difficulté du cerveau à traiter des informations contradictoires qui proviennent des différents organes jouant un rôle dans l'équilibre.
Le terme mal des transports est plus employé dans la langue courante que cinétose.

Cinétosome Biologie. Structure granulaire cytoplasmique qui forme la base d’un cil ou d’un flagelle.

Cinchonine Botanique. Alcaloïde que l’on trouve dans diverses espèces de quinquina (Cinchona sp.).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index du Forum Plante Intérieur -> Lexique des termes utilisés en horticulture Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5  Suivante
Page 3 sur 5

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Design © 2004 Hersandesign Contenu © 2005 : Plante-interieur.com

Vente en ligne de Plantes d'intérieur, Cactées, Bonsaï, Graines etc.




Partenaires: Clic Enter |