MembresCharte FAQFAQ RechercherRechercher MembresMembres Groupes d'utilisateursGroupes d'utilisateurs   S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Vérifier ses messages privésVérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

[A] à [Acid] comme Abaxial, Accot, Acidicline, etc.
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index du Forum Plante Intérieur -> Lexique des termes utilisés en horticulture
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:19 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide abscissique ABA Botanique. L'acide abscissique ou ABA (pour abscissic acid) est une phytohormone (hormone végétale). Cet acide est un sesquiterpène (terpène composé de 15 carbones).
Chez les plantes, la production d'acide abscissique est concentrée au niveau du parenchyme des racines et des feuilles matures ainsi qu'au niveau des plastes. C'est à partir de mévalonate, un caroténoïde que l'acide abscissique est synthétisé dans les plantes.

Il n’existe aucun système de transport spécifique connu jusqu'à présent, par contre, l'acide abscissique étant un acide faible, les mouvements et la distribution intracellulaire sont régis par son état d'ionisation (transport non polarisé : phloème dans les feuilles et xylème dans les racines). Cet état ionisé lui permet plus facilement de traverser les membranes lipidiques. Le temps de migration est relativement limité puisque l'acide abscissique est très rapidement métabolisé.

Il provoque (entre autre) :
- de nombreuses réponses des plantes aux stress abiotiques,
- l’accélération de l'abscission des feuilles (repos hivernal) sans la déclencher,
- le prolongement de la dormance,
- la fermeture des stomates en cas de déficit hydrique de la plante,
- une action négative sur l'élongation des entre-nœuds,
- la chute des fruits secs,
- un arrêt de croissance de bourgeons ayant démarré et réintroduction de la dormance.
On dit parfois hormone de détresse.

Acide acétique Chimie. L'acide acétique C2H4O2 (acide éthanoïque) est un acide organique dérivé de l'alcool éthylique par oxydation.
L'acide acétique pur est un liquide incolore, inflammable, à odeur piquante, à saveur aigrelette en solution diluée, industriellement obtenu par distillation sèche du bois (notamment de certains bois de feuillus). Il est corrosif pour de nombreux métaux, notamment le fer, le magnésium et le zinc. et ses vapeurs sont irritantes pour le nez et les yeux. Il doit être manipulé avec soin. L’ion résultant de la perte du proton H+ porte le nom d’acétate. Acétate peut également faire référence à un sel contenant cet anion ou à un ester de l’acide acétique.

L’acide acétique est naturellement produit et sécrété par certaines bactéries, en particulier l’acétobacter et la Clostridium acetobutylicum. Ces bactéries sont présentes dans les denrées alimentaires, l’eau et le sol, et l’acide acétique se forme naturellement lorsque des fruits ou autres denrées alimentaires se décomposent.
Il est utilisé comme fongicide, additif alimentaire, en photographie, dans la fabrication de plastiques (acétate de vinyle, acétate de cellulose) et de solvants organiques.

Il est naturellement présent dans le vinaigre, il lui donne son goût aigre et son odeur piquante. Le vinaigre est aussi vieux que la civilisation elle-même, peut-être plus. Les bactéries qui produisent l’acide acétique sont présentes partout dans le monde, et toute culture pratiquant le brassage de la bière ou du vin a inévitablement découvert le vinaigre, résultat naturel de ces boissons alcooliques laissées à l’air libre.

Acide acétylsalicylique Chimie. Principe actif de nombreux médicaments aux propriétés analgésiques, antipyrétiques et anti-inflammatoires. Il est aussi utilisé comme antiagrégant plaquettaire.
L'acide acétylsalicylique est communément désigné par son nom déposé aspirine.
C'est le médicament le plus consommé au monde : 35 000 tonnes sont produites chaque année, soit 100 milliards de comprimés. Elle est aussi intégrée à de nombreuses autres préparations.

Le nom « salicylique » de cet acide vient du latin salix qui signifie saule, cet acide ayant été isolé pour la première fois dans l'écorce de cet arbre.
L'appellation aspirine a été formée à partir de l'acide spirique qui était extrait de la reine-des-prés, Spiraea ulmaria ; on a rapidement constaté que l'acide spirique et l'acide salicylique étaient une seule et même molécule.

La synthèse initiale est assez simple et consiste en l'estérification de la fonction hydroxyle de l'acide salicylique avec l'anhydride acétique le tout en condition acide. On obtient l'acide acétylsalicylique et de l'acide acétique comme sous-produit.

Acide adénylique Biologie. Synonyme d’adénosine monophosphate, un (ribo) nucléotide contenant le nucléoside adénosine.
Le désoxyribonucléotide correspondant est appelé désoxyadénosine 5’- monophosphate ou acide déoxyadénylique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:21 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide aminé Biologie. Pour fabriquer les protéines, la cellule utilise des molécules qu'elle accroche les unes aux autres : ce sont les acides aminés.
Petite molécule contenant une fonction acide, habituellement carboxylique et une fonction amine, unité élémentaire des protéines ; monomère constituant des protéines.
Un acide aminé est une molécule organique, possédant donc une chaîne carbonée (ou squelette carboné), composé d'un radical (ou groupe fonctionnel) acide carboxylique (-COOH) et d'un radical amine (-NH2) rattachés chacun à un des carbones du squelette.
Il existe 20 acides aminés communs : alanine, arginine, asparagine, aspartate, cystéine, glutamine, glycine, histidine, isoleucine, leucine, lysine, méthionine, phénylalanine, proline, glutamate, sérine, thréonine, tryptophane, tyrosine, valine.
Toutes ces protéines sont un enchaînement d'acides aminés, comme un collier de perles. Ils possèdent à la fois des fonctions chimiques identiques et une partie qui leur est propre.
La séquence des acides aminés est codée par l'ADN.
Même si les acides aminés sont souvent connus comme étant les éléments structuraux de base des protéines, certains d'entre eux jouent d'autres rôles, notamment dans la neurotransmission; par ailleurs, certains autres ne se retrouvent pas chez tous les êtres vivants.
Les acides aminés existent sous forme libre dans le sérum ou sont incorporés aux protéines.

Les acides aminés sont désignés par deux symboles, l'un à trois lettres et l'autre à une lettre : par exemple, les symboles de l'acide aspartique sont Asp. et D. Les symboles à une lettre sont utilisés dans la description des séquences des molécules polypeptidiques.

Les acides aminés servent à fabriquer les protéines dans les cellules. Pour cela, chaque acide aminé est "codé" dans le code génétique (sur l’ADN ou l’ARNm) par un triplet d'unités de base appelé codon. Chaque gène, qui est une chaîne de codons, est le "plan de fabrication" d'une protéine, qui est une chaîne d'acides aminés. L'assemblage des acides aminés en protéines se fait sur les ribosomes.
Au cours du métabolisme, les acides aminés sont aussi transformés en d'autres substances. Certaines maladies génétiques entraînent l'accumulation d'un des acides aminés : par exemple dans la phénylcétonurie, un acide aminé (la phénylalanine) s'accumule dans le cerveau et provoque des lésions irréversibles

La séquence des acides aminés détermine la forme, les propriétés et le rôle biologique d'une protéine. Les plantes et de nombreux microorganismes peuvent synthétiser des acides aminés à partir de composés inorganiques simples.
L'acide aspartique et l'acide glutamique jouent un rôle important dans la fixation biologique de l'azote.

Acide aminé essentiel Biologie. Acide aminé nécessaire pour un métabolisme normal, mais qui ne peut être synthétisé par l'organisme, et qui doit donc être obtenu de l'alimentation.
Chez l'humain, l'isoleucine, la leucine, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la thréonine, le tryptophane et la valine sont toujours essentiels. L'histidine l'est seulement durant l'enfance et/ou durant la grossesse.

Acide aminé glucoformateur Biologie. Acide aminé pouvant être transformé en glucose par la voie de la gluconéogenèse.
Tous les acides aminés naturels, sauf la leucine et la lysine, sont glucoformateurs.

Acide aminé non essentiel Biologie. Acide aminé qui peut être synthétisé par l'organisme lui-même.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:23 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide ascorbique Chimie. Acide organique C6H8O6 ayant des propriétés antioxydantes. On le trouve dans les citrons, les jus de fruits et les légumes frais.
Il se présente sous la forme d’une poudre cristalline blanche ou incolore, se colorant par exposition à l’air et à l’humidité, facilement soluble dans l’eau et dans l’alcool. La poudre sèche est stable à l’air.
Du fait de son activité antioxydante, il est utilisé comme conservateur alimentaire sous le code européen E300 de la liste des additifs alimentaires. C’est un additif pour adapter la pâte à pain au pétrissage intensif.
C’est l’acide de la vitamine C, la vitamine antiscorbutique.

On utilise l’acide ascorbique dans le vin pour son pouvoir réducteur ; en effet, en milieu acide, il fixe l’oxygène dissous, à la température ordinaire, en formant l’acide dé hydro-ascorbique. Il permet d’une part d’économiser une petite quantité d’anhydrides sulfureux libre pour éviter l’oxydation des vins et de plus, il a des applications pratiques intéressantes en protégeant le vin de la casse ferrique lors du dernier stade, la mise en bouteille.

Acide aspartique Biologie. Acide aminé non-essentiel se trouvant dans les protéines.
Le corps produit l'acide aspartique pour former une partie d'une enzyme hépatique, (enzyme du foie), qui produit et décompose les protéines et les acides aminés, et qui réduit la toxicité du nitrogène dans l'urée.
L'acide aspartique est un neurotransmetteur.

Acide bétulinique Biologie. Produit anti-tumoral présent en petite quantité dans l’écorce de bouleau blanc (Betula papyrifera).

Acide borique Chimie. Composé (H3BO3) contenant du bore, de l’hydrogène et de l’oxygène.
Il existe sous forme de cristaux incolores ou comme poudre blanche et est soluble dans l'eau.
C’est un acide faible souvent utilisé comme engrais en spray foliaire, antiseptique, insecticide, retardateur de flamme, et comme composant dans d'autres composés chimiques.
Il correspond à la forme du bore assimilable par les plantes et contient 17% de B.
On dit aussi orthoborate d'hydrogène.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:26 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide chlorhydrique Chimie. Acide incolore, soluble dans l'eau et hautement corrosif.
Solution aqueuse de chlorure d'hydrogène HCl. Sa formule chimique est (H3O++ Cl-) et non pas HCl qui est la formule chimique du gaz chlorure d'hydrogène.
C'est un acide fort (il s'ionise totalement en solution aqueuse), principal constituant des acides gastriques.
Il est couramment utilisé comme réactif chimique dans l'industrie.
Il sert dans la fabrication du chlorure d'ammonium, de chlorures métalliques, du chloroprène et de matières plastiques, ainsi que pour décaper les métaux.
L'acide chlorhydrique concentré peut avoir un pH inférieur à 1.
Étant un liquide très corrosif, il doit être manié avec précaution.
Il est connu également dans l'histoire sous le nom d'acide muriatique

Acide citrique Chimie. Acide C6H8O7 tricarboxylique (à trois fonctions COOH acide), prépondérant dans les agrumes ; utilisé de façon préférentielle dans les boissons gazeuses à raison de 1 à 2 g/l.
Acide obtenu par fermentation d'hydrate de carbone.
Il sert de solvant pour mesurer la vitesse d’action d’un engrais phosphaté ; la partie de l’engrais qui est soluble dans ce solvant se dissout assez lentement dans le sol (mais d’autant plus rapidement que le sol est acide).
Il a d'abord été fabriqué par extraction à partir de jus de citrons, mais il existe maintenant des procédés de synthèse industrielle (par voie microbiologique à partir d'hydrates de carbone divers comme les mélasses). Très utilisé en industrie alimentaire dans les confitures, boissons gazeuses, conserves, confiserie ; l'acide citrique est l'additif alimentaire (E330).

L'acide citrique a la propriété de former des complexes stables avec les métaux inhibant ainsi leur activité pro oxydante. C'est le plus utilisé des agents séquestrants.
Il est biodégradable et n'est pas toxique pour l'homme ni pour l'environnement. Cependant, il est irritant et peut provoquer des brûlures s'il entre en contact avec des muqueuses : il doit donc être utilisé avec quelques précautions (port de gants notamment).
L’acide citrique est présent dans les raisins de tout cépage et en plus grande quantité dans les moûts concentrés par la pourriture ou le passerillage des raisins. Les teneurs en acide citrique des vins sont très variables.
Il est aussi utilisé dans la production de certains plastifiants et de certaines résines alkydes.

Acide cyanhydrique Malherbologie. Liquide incolore (CNH), très volatil, à odeur caractéristique dite prussique d'amandes amères, brûlant avec une flamme pourpre.
C’est un poison violent. Il est utilisé notamment comme herbicide, rodonticide, insecticide, parasiticide, pour la désinfection du sol, les synthèses organiques, la fumigation des magasins de grain, de coton et la dératisation des bateaux mais aussi comme gaz de combat.
Sous forme de glucoside, il est présent dans les amandes amères, amandes de pêches et d'abricots.
On dit aussi cyanure d’hydrogène ou acide prussique, formonitrile, nitrile formique.

Acide cyanurique Chimie. Cet acide C3H3N3O3, est un produit de dégradation d'autres produits chimiques, et il peut agir en synergie avec d'autres produits (toxicité soupçonnée pour le rein chez l'animal en présence de mélamine par exemple).
Sa structure chimique particulière ne laisse pas de point d'accès aisé pour l'oxydation, tant biocatalytique que chimique, ce qui rend ce composé particulièrement résistant aux traitements de dépollution de l'eau.
Il est utilisé dans la fabrication d’herbicide et de désinfectant industriel.
On dit aussi acide isocyanurique et s-Triazine-2,4,6-triol.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:27 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide cytidylique Biologie. Synonyme de cytidine monophosphate (CMP), un (ribo) nucléotide contenant le nucléoside cytidine.
Le déoxyribonucléotide correspondant est appelé déoxycytidine 5’- monophosphate ou acide déoxycytidylique

Acide de Bronsted Chimie. Entité moléculaire, où l’espèce chimique correspondante, capable de céder un proton en donnant une autre entité ou espèce chimique : la base conjuguée.
On qualifie les acides de ces types de forts ou de faibles selon qu’ils sont complètement ou partiellement dissociés en solution.

Acide de Lewis Chimie. Entité moléculaire, où l'espèce chimique correspondante, qui accepte un doublet d'électrons.
Un acide de Lewis est donc capable de s'associer avec une autre entité moléculaire, dite base de Lewis, pour former un adduit par mise en commun du doublet de la base.
On peut citer comme exemple le tri fluorure de bore.

Acide désoxyribonucléique (ADN) Biologie. Constituant l'essentiel des chromosomes, support moléculaire de l'information génétique. Le contenu de cette information est le code de synthèse de toutes les protéines de l'organisme.
Molécule formée de deux polymères de désoxyribonucléosides mono phosphates que l'on retrouve dans tous les organismes. Ces deux chaînes sont associées et enroulées en double hélice.
Cette molécule est plus ou moins longue selon les espèces (cyclique chez les bactéries, finie chez les organismes pluricellulaires). Elle se compose d’un unique ou de deux brins appariés.
La structure originale de l'ADN lui permet de se dupliquer en deux molécules identiques entre elles et identiques à la molécule mère lors du phénomène de réplication ou duplication.
L'ADN forme des pelotes microscopiques qui, chez les organismes eucaryotes, sont localisés dans le noyau des cellules. Déroulés, les molécules d'ADN s'étirent en un très long fil, constitué par un enchaînement (séquence) précis d'unités élémentaires que sont les nucléotides.
C'est un des constituants des chromosomes.
Les gènes sont des segments d'ADN.

L'ADN contient les gènes constituant le génome et il se trouve dans les chromosomes et la chromatine. On dit que l'ADN est le support physique de l'information héréditaire, qui est transmis d'une génération à la suivante.
Il est présent dans le noyau des cellules eucaryotes, les cellules procaryotes, dans les mitochondries ainsi que dans les chloroplastes. Il est à la base de processus biologiques aboutissant à la production des protéines.
L'ADN contient toute l'information génétique d'une espèce. Cette information peut servir à la reproduction d'autres organismes d'une même espèce et elle est transmise de génération en génération par les descendants.

Le 2-désoxyribose est le glucide distinctif de l'ADN.
L'adénine, la guanine, la thymine et la cytosine sont les principales bases azotées entrant dans la structure de l'ADN.
C’est un acide nucléique, constituant essentiel des chromosomes qui conditionne la transmission des gènes.
Sa longueur est exprimée en nombre de bases.
On dit aussi acide déoxyribonucléique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:28 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide diaminocaproïque Biologie. Acide aminé dont la formule brute est : C6H4N2. HCl.
On le rencontre dans toutes les protéines naturelles, mais plus dans le règne animal que dans le règne végétal. Il se présente sous l'apparence d'une poudre microcristalline blanche, inodore, légèrement salée, très soluble dans l'eau. Il est dégradé dans les réactions de Maillard.
Le produit commercial est classifié avec le préfixe DL (destrolévo).
Le produit naturel est précédé du préfixe L.
Seul l'isomère lévogyre présente le caractère d'un acide aminé essentiel.
L'isomère dextrogyre n'est pas utilisé tel quel dans l'organisme, quoique n'y entraînant aucun effet nocif.
On dit aussi lysine.

Acide domoïque Biologie. Toxine (acide aminé) provenant d'une plante marine, l'algue rouge Chondria armata.
Cet acide peut subir un processus de bioaccumulation dans les organismes marins qui se nourrissent de phytoplancton, tels que les fruits de mer, anchois, et sardines.
Chez les mammifères, homme inclus, l'acide domoïque agit comme une neurotoxine, causant la perte de mémoire à court terme, des dommages cérébraux, et la mort dans les cas les plus sévères.

Acide dur Chimie. Acide de Lewis dont le centre accepteur d’électrons est faiblement polarisable.
Par polarisable, on entend ici : dont le nuage électronique peut se déformer facilement sous l’effet d’un champ électrique.
Un acide dur s’associe plutôt à une base dure qu’à une base molle.

Acide eicosapentaénoïque Biologie. Acide gras oméga 3 à longue chaine, dérivé direct de l'acide alpha-linolénique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:33 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide éthylène diamine tétracétique (EDTA) Biologie. Chélateur, employé pour lier des éléments nutritifs, comme le fer, sous une forme soluble et disponibles aux cellules végétales in vitro.
C’est aussi un inhibiteur puissant de l’activité de la DNase. Il est donc utilisé comme additif dans la conservation à long terme de l’ADN en solution.
Abréviation : EDTA pour ethylene diamine tetra-acetic acid.
On dit aussi acide édétique.

Acide érucique Biologie. Acide organique produit par certains végétaux, issu essentiellement de l’huile de colza ; utilisé dans des applications industrielles (bioproduits) ; il est toxique pour les humains.

Acide formique Chimie. Le plus simple des acides carboxyliques. Sa formule chimique est CH2O2 ; sa base conjuguée est l'ion méthanoate (formiate).
Il s'agit d'un acide faible qui se présente sous forme de liquide incolore à odeur pénétrante.
Il sert de solvant pour mesurer la vitesse d’action d’un engrais phosphaté ; la partie de l’engrais qui est soluble dans l’acide formique agit dans le sol avec lenteur (mais d’autant plus rapidement que le sol est acide).
Dans la nature on le trouve dans le dard et les piqûres de plusieurs insectes de l'ordre des hyménoptères, comme les abeilles et les fourmis, mais aussi sur les poils qui composent les feuilles de certaines plantes de la famille des Urticacées (orties).
Son nom vient du mot latin formica qui signifie fourmis, car sa première isolation a été réalisée par distillation de corps de fourmis.

Il est utilisé dans les industries suivantes: textiles : teintures, traitement du cuir, insecticides, laques, solvants, tannage, fumigènes. Il sert également à argenter les miroirs.
On dit aussi acide méthanoïque.

Acide fulvique Chimie. Un des nombreux acides humiques.
Ensemble des matières humiques peu polymérisées qui restent en solution dans un extrait alcalin d'humus après acidification.
Constituant de l'humus du sol, au même titre que les acides humiques, mais se différenciant de ces derniers par une solubilité ou une dispersion plus faciles dans l'eau, et par une agressivité plus grande des substances minérales contenues dans le sol.

En d'autres termes, ensemble des matières humiques non précipitables par les acides.
Ce terme a plusieurs sens mais désigne généralement un mélange de composés organiques qui restent en solution après acidification d'un extrait alcalin, dilué, de sol.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:34 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide gallique Chimie. Acide organique C7H6O5 de couleur jaune.
Cet acide se trouve à l’état naturel dans des galles de sumac (Rhus sp.), d’hamamélis, les feuilles de thé (Camellia sinensis), l’écorce de chêne (noix de galle) entre autres plantes.
Les sels et esters tirés de cet acide sont appelés gallates, et utilisés pour faire des colorants.
Fréquemment utilisé dans l’industrie pharmaceutique, c’est un précurseur pour la synthèse de la mescaline.

Acide gibbérellique GA3 Botanique. Acide organique (C19H22O6) présent dans les plantes et jouant un rôle important dans les phénomènes de croissance des plantes.
Métabolite initialement extrait de Gibberella fujikuroi (Ascomycète parasite du riz qui allonge exagérément les tiges) qui se trouve en fait dans de nombreuses plantes.
Azotobacter et Azospirillum produisent aussi de la gibbérelline.
Produit par synthèse, l'acide gibbérellique, ou ses sels, sont utilisés pour la germination de l'orge en malterie.
On dit aussi gibbérelline X.

Acide glutamique Biologie. Un des 20 acides aminés constitutifs des protéines de la matière vivante correspondant aux codons GAA, GAG.
Acide aminé glucoformateur, non indispensable, précurseur du GAB A, de l'ornithine et de la glutamine. L'acide glutamique est le constituant du glutathion et des vitamines du groupe de l'acide folique; il intervient dans les réactions de transamination.
Il est présent dans les protéines végétales et animales et joue un rôle important dans la fixation biologique de l'azote.

Acide gras (AG) Biologie. Acide organique composé d'une chaîne hydrocarbonée linéaire terminée à l'une de ses extrémités par un groupement carboxylique et à l'autre extrémité par un groupement méthyle (-CH3).
Il joue un rôle essentiel dans le métabolisme végétal ou animal.
L'oxydation des acides gras en gaz carbonique permet la production de l'ATP.
Les acides gras peuvent être saturés (et faiblement oxydables) ou insaturés.

Un acide gras est une molécule formée d'une chaîne de carbones liés à des hydrogènes (c'est ce qu'on appelle un hydrocarbure en chimie organique) terminée par un groupement acide : COOH.
Dans les aliments d'origine végétale, la chaîne carbonée comporte rarement plus de 18 atomes de carbone.
Dans les aliments d'origine animale et dans notre organisme, la chaîne carbonée peut atteindre plus de 30 atomes de carbone : cet allongement est possible grâce à des métabolismes complexes au sein de nos cellules.
Les acides gras sont les composants majoritaires des lipides dont découle la plupart de leurs propriétés nutritionnelles et métaboliques.

On distingue trois types d'AG selon le nombre de doubles liaisons qu'ils comportent :
- AG saturés : aucune double liaison ;
- AG mono-insaturés : une double liaison ;
- AG polyinsaturés : deux ou plus de doubles liaisons, dont deux sont des AG essentiels: l'acide linoléique et l'acide alpha-linoléique.
On connaît une quarantaine d’acides gras naturels.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:37 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide gras cis Biologie. Acide gras dans lequel les atomes d'hydrogène, liés aux atomes de carbone entre lesquels il existe une double liaison, sont placés du même côté de la chaîne hydrocarbonée.
Cette configuration chimique entraîne le recourbement de l'acide gras.
La plupart des acides gras naturels sont des acides gras cis.

Acide gras essentiel (AGE) Biologie. Les acides gras essentiels sont des acides gras indispensables dans l’alimentation de l’homme et que le corps ne peut créer lui-même et doit donc trouver dans les aliments.
Ils sont donc exclusivement apportés par l'alimentation. Les meilleures sources d'AGE sont les huiles végétales.
Parmi les acides gras polyinsaturés, 2 sont dits "essentiels" : l'acide linoléique et l'acide alpha-linoléique.

Acide gras mono-insaturé (AGMI) Biologie. Un acide gras mono insaturé contient une seule double liaison C=C.
Ils sont présents dans les graisses animales et végétales principalement sous forme d'acide oléique.
Les huiles végétales les plus riches en AGMI sont les huiles d'olive, colza et arachide.
L'apport en AGMI doit représenter la moitié des apports des lipides totaux de notre alimentation.
Ils ont pour rôle de rééquilibrer la ration lipidique et favorisent la protection cardio-vasculaire.

Acide gras oméga-3 Biologie. Famille d'acides gras polyinsaturés essentiels au maintien de la santé, notamment de l'équilibre cardiovasculaire, qui se trouvent en quantité importante surtout dans les graines de lin, certaines huiles végétales et certains poissons gras.
Les acides gras oméga-3 portent ce nom en raison de leur première double liaison éthylénique, qui se trouve sur le troisième carbone à partir de l'extrémité méthyle de la chaîne carbonée.

Les études épidémiologiques et cliniques ont démontré que les oméga-3 ont des effets bénéfiques spécifiques sur la santé cardiovasculaire et pourraient même s'avérer des nutriments clés lors du développement de l'être humain en période néonatale. Il a été démontré que les acides gras oméga-3 réduisent les niveaux de triglycérides plasmatiques et sont associés à une réduction du risque d'arrêt cardiaque primaire et de récidive d'infarctus du myocarde.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:42 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide gras polyinsaturé (AGPI) Biologie. Un acide gras poly insaturé contient plusieurs liaisons doubles C=C.
Les AGPI sont fluides à température ambiante. On les retrouve surtout dans les huiles végétales et les poissons.
Deux AGPI sont dits essentiels : l'acide linoléique et l'acide alpha-linoléique car l'organisme ne sait pas les fabriquer. Ils doivent donc obligatoirement être apportés par l'alimentation.
L'apport en AGPI doit représenter 25% des lipides totaux de notre ration alimentaire.
Les AGPI participent à la prévention cardio-vasculaire.

Acide gras saturé (AGS) Biologie. Dans un acide gras saturé, toutes les liaisons entre les carbones sont simples (pas de liaisons doubles).
Chaque carbone porte le maximum d'hydrogènes possible.
On ne peut pas ajouter d'hydrogène à la molécule ; elle est saturée.

Ils sont solides à température ambiante.
On les trouve surtout dans les matières grasses d'origine animale sous forme visible (beurre, crème) ou sous forme cachée (viandes, charcuteries, plats cuisinés et surgelés, fromages, pâtisseries, viennoiseries, gâteaux)
On les trouve également dans certains corps gras d'origine végétale : coprah, palmiste, palme.
Consommés en excès, les AGS augmentent les risques de maladies cardio-vasculaires.

Acide guanylique Biologie. Synonyme de guanosine mono-phosphate (GMP) ; (ribo-)nucléotide contenant le nucléoside guanosine.
Le désoxyribonucléotide correspondant est appelé acide désoxyguanylique.

Acide haloacétique AHA Biologie. Les acides haloacétiques sont une famille de composés organiques basés sur la molécule d'acide acétique (CH3COOH) où un ou plusieurs atomes d'hydrogène attachés aux atomes de carbone sont remplacés par un ou plusieurs halogènes (chlore, brome, fluor et/ou iode).
Les AHA sont incolores, peu volatiles, facilement solubles dans l'eau et assez stables.
Il existe neuf sortes de AHA dont l'acide monochlor(o)acétique (AMCA), l'acide dichlor(o)acétique (ADCA) et l'acide dibromoacétique (ADBA).

Les AHA peuvent être présents dans l'eau de boisson chlorée en tant que sous-produits chlorés de désinfection survenant lors de la réaction du chlore avec les matières organiques naturelles et/ou les ions bromure dans les approvisionnements en eau non-traitée. Les eaux usées des industries pharmaceutiques et chimiques et les eaux de refroidissement industrielles sont d'autres sources d'acides haloacétiques dans l'environnement.
Le terme 'acides haloacétiques totaux' (AHAT) désigne la somme des concentrations des acides dichloracétique, trichloracétique, monochloracétique, monobromoacétique et dibromoacétique d'un échantillon d'eau.
On dit aussi acide halogénoacétique, acide acétique halogéné et HAA (de l'anglais pour haloacetic acid).
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide humique Biologie. Mélange de matières organiques, de couleur foncée, fortement polymérisées, que l'on peut extraire de l'humus du sol par l'action de solutions alcalines diluées et qui sont précipitables par les acides.
Constituants complexe de l'humus, moins acides que les acides fulviques; les uns bruns incomplètement saturés, mobiles, les autres dits gris, floculés par le calcium, stables et liés à l'argile.
Partie des substances humiques solubles en milieu alcalin, mais qui précipitent par acidification.
Il donne à l'eau de certaines rivières une coloration jaune brun en même temps qu'une acidité pouvant aller jusqu'à pH 4.
Mélange de diverses substances organiques de couleur foncée, précipitées du sol par acidification d'un extrait alcalin dilué ; il est insoluble dans l'alcool.

Ils peuvent être extraits de la matière organique compostée ou récemment dégradée.
Ils peuvent provenir de dépôts naturels de matières organiques fossilisées, la léonardite.
Ils favorisent la mise en solution de nutriments minéraux peu ou très peu solubles.
Ils permettent une meilleure arrivée des minéraux aux racines.
Ils permettent une plus grande capacité de la racine des plantes à assimiler.
Les mull sont particulièrement riches en acides humiques.

Acide iboténique Botanique. Dérivé d'acide aminé, l'acide iboténique C5H6N2O4 est un des agents responsables de l'action psychotrope d'Amanita muscaria.
On dit aussi pramuscimol.

Acide jasmonique Botanique. Dérivés de la famille des acides gras octadécanoïques synthétisés à partir de l'acide linoléique. Cette molécule clé intervient dans la propagation du signal au niveau de la cellule végétale.
Il contribue à l'activation des protéines de défense et agit dans les tests biologiques des principales phytohormones comme inhibiteur de croissance ou encore activateur de sénescence.
Le dérivé volatil méthyl-jasmonate, parfum émis par de nombreuses plantes, pourrait par conséquent agir physiologiquement sur d'autres plantes à distance, par allélopathie.

Acide lactique Biologie. Acide organique carboxylique (C3H6O3) qui joue un rôle dans divers processus biochimiques.
L'acide lactique est soluble dans l'eau et considéré comme un acide faible (pKa=3,90).
Un lactate est un sel de cet acide. Le lactate est l'un des produits clé de la production d'énergie dans les muscles notamment.

Il existe 2 grands types de fermentation bactérienne qui produisent de l'acide lactique : dans le vin et les produits laitiers :
- dans le vin, il s'agit de la fermentation malolactique : l'acide malique, naturellement contenu dans le vin, est dégradé en acide lactique sous l'action des bactéries ;
- dans le lait et les produits laitiers, l'acide lactique provient de la dégradation du lactose par les bactéries. Plus un lait est frais, moins il contient d'acide lactique. La concentration en acide lactique dans un lait s'exprime en degré Dornic (°D) : 1°D correspond à 0,1 g d'acide lactique par litre de lait. Un lait frais contient de 15 à 18°D, il caille à 60-70°D.
Les organismes responsables de l'apparition d'acide lactique sont les lactobacilles.

L'acide lactique est utilisé dans l'industrie alimentaire comme additif (E270) en tant qu'anti oxygène, acidifiant ou exhausteur de goût. L’acide lactique se présente aussi sous forme de sels : sel de sodium (E325), de potassium (E326) et calcium (E327). Ses sels sont sous formes de poudre et sont également solubles dans l’eau. Il agit comme agent bactériostatique notamment sur des bactéries pathogènes comme la salmonelle (ou la listeria).

Cet acide est responsable des sensations de malaise, de fatigue et de fourmillement des membres et de la face. Il peut être à l’origine d’un ralentissement de l’allure ou d’un arrêt de l’activité physique si la voie aérobie ne prend pas le relais.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:43 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide laurique Biologie. Acide issu des huiles de palmiste et de coprah ; acides gras à chaîne longue de 18 atomes de carbone plus ou moins saturée.

Acide linoléique Biologie. Acide gras essentiel le plus important possédant 18 atomes de carbone et deux doubles liaisons; sa présence dans l'alimentation est indispensable.
Il est abondant dans les huiles de tournesol et de soja.

Acide linolénique Biologie. Acide gras à chaîne longue de 22 atomes de carbone ; principal constituant de l’huile de lin (65%).

Acide linoléique conjugué Biologie. Mélange d'isomères de l'acide linoléique se trouvant dans certaines viandes, dans les produits laitiers et dans certaines huiles végétales.
Puissant inhibiteur du cancer selon les études sur des animaux de laboratoire.
Il est présent en grande quantité dans les produits laitiers.
Des recherches indiquent qu’il pourrait également être bénéfique pour le cœur.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:44 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide malique Biologie. Acide bi carboxylique (C4H6O5) répandu dans le règne végétal et naturellement présent dans les pommes (d’où son nom), les poires et le jus de raisin. Ses sels sont appelés malates.
En œnologie, cet acide peut être dégradé en acide lactique lors de la fermentation malolactique.
En plus de la fermentation alcoolique, une autre transformation microbiologique est indispensable à la production de certains vins de qualité, en particulier des vins rouges ; il s'agit de la fermentation lactique de l'acide malique par certaines bactéries, ou fermentation malolactique. Cette transformation abaisse l'acidité et assouplit les vins. Elle doit se produire immédiatement après la fermentation alcoolique, de façon à pouvoir réaliser rapidement la stabilisation biologique du vin.

En phytoremédiation, on a découvert que pour le blé, du malate est émis par les cellules des extrémités des racines quand de l'aluminium dans le sol active une protéine de membrane encodée par ALMT1 (ce gène est le premier découvert dans une espèce végétale qui remplisse cette fonction d'adaptation a l'aluminium, et aussi le premier gène découvert encodant un type entièrement nouveau de transport de protéine). Les ions positifs d'aluminium et ceux négatifs du malate se lient facilement, et l'aluminium est ainsi neutralisé quant aux dégâts pour les racines.

Acide mou Chimie. Acide de Lewis dont le centre accepteur d’électrons est fortement polarisable.

Acide muginéique Botanique. Acides organiques excrétés par les racines de quelques graminées dans des conditions de carence en fer pour provoquer une solubilisation du fer présent dans l'environnement de la racine et son prélèvement par la plante.

Acide nervonique Biologie. Important composant des lipides cérébraux qui entre dans la synthèse de la myéline, cette gaine qui isole les fibres nerveuses.
Cet acide est produit durant l'allaitement, mais on le retrouve dans les graines de certaines plantes.
Peu de plantes produisent de l'acide nervonique dans leurs graines.
On peut citer :
- la monnaie du pape, ou lunaire annuelle (Lunaria annua), ainsi appelée parce que ses gousses ont la forme d'une bourse, elle se cultive mal et son rendement est variable ;
- la cardamine pourpre (Calamagrostis purpurascens) qui pousse dans les sols forestiers méditerranéens.
Il atténue les tremblements de la maladie de Parkinson et l'engourdissement venant de la sclérose en plaques.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:46 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide nitreux HNO2 Chimie. Il provient de la réduction du dioxyde d'azote NO2 ; dégradée en radicaux libres (OH-) par la lumière.
Cette molécule intervient dans la fabrication de l'ozone troposphérique. Les OH- s'associant aux composés organiques volatiles et formant l'ozone O3.

Acide nitrique HNO3 Chimie. Composé oxygéné liquide, corrosif, incolore et dérivé de l'azote, utilisé dans la fabrication d'engrais, d'explosifs, de colorants, etc.
A température ambiante, il libère des fumées rouges ou jaunes, du fait de sa décomposition partielle en dioxyde d'azote sous l'effet de la lumière.
L’acide nitrique est un agent oxydant puissant; ses réactions avec des composés comme les cyanures et les carbures peuvent être explosives.
Les réactions de l’acide nitrique avec beaucoup de composés organiques, comme la térébenthine, sont violentes, le mélange étant hypergolique (c'est-à-dire auto-inflammable).

L'acide nitrique dilué est obtenu en mélangeant du dioxyde d'azote (NO2) avec de l’eau; les solutions commerciales comprennent généralement entre 52% et 68% d’acide nitrique.
C’est un acide fort de pKa = - 2 : en solution aqueuse il se dissocie complètement en un ion nitrate NO3- et un proton hydraté.
Les sels de l’acide nitrique (qui contiennent l’ion nitrate) sont appelés des nitrates. La quasi totalité d'entre eux sont très solubles dans l’eau.
L’acide nitrique et ses sels, les nitrates, ne doivent pas être confondus avec l’acide nitreux et ses sels, les nitrites.
C’est un composant des pluies acides.
On dit aussi acide azotique et eau-forte.

Acide nucléique Biologie. Macromolécule constituée d'un enchaînement linéaire de nucléotides monophosphatés (qui sont liés les uns aux autres par des liens phosphodiester) dont la séquence correspond à un code génétique.
ADN (acide désoxyribonucléique) et ARN (acide ribonucléique) sont les deux types d'acides nucléiques, que l'on distingue selon la nature du sucre qui les compose et par leur activité biologique.

Substances de haut poids moléculaire constituant l'essentiel de nos cellules. Les acides nucléiques sont porteurs des informations qui gouvernent le développement des êtres vivants ; ils peuvent être linéaires ou circulaires, et simple ou double brin.
L'enchaînement des polynucléotides sur la molécule détermine l'individualité de chaque acide nucléique et sa fonction biologique.
Entrant dans la composition de la chromatine, constituant fondamental des chromosomes, les acides nucléique sont le support de l'hérédité.

Acide nucléique peptidique (PNA) Biologie. Analogue synthétique d’oligonucléotide, dans lequel le squelette sucre est remplacé par une chaîne peptidique sur laquelle les résidus de nucléosides sont attachés.
Des sondes faites à partir de PNA montrent une spécificité plus grande que celles faites à partir d’ADN
Abréviation: PNA pour peptide nucleic acid.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Gilbert
Modérateur
Modérateur


Inscrit le: 15 Jan 2006
Messages: 11245
Localisation: Mirabel, P. Q. Canada

MessagePosté le: Mar Fév 23, 2010 1:49 pm    Sujet du message: Répondre en citant

Acide nucléique simple brin Biologie. Molécules d’acides nucléiques constituées d’une seule chaîne de polynucléotides.
Les génomes de plusieurs virus sont des molécules d’ADN ou d'ARN simple brin, comme la plupart des ARN biologiquement actifs.
Plusieurs molécules d’ARN contiennent des régions double-brin, qui sont formées par l’appariement intra-brin des séquences auto-complémentaires, ce qui détermine la forme (conformation) tridimensionnelle que ces molécules adoptent in vivo.

Acide oléique Biologie. Acide gras essentiel non saturé, C18H34O2 possédant dix-huit atomes de carbone et une double liaison; c'est un constituant important des graisses.
Il est abondant dans les huiles de colza (60%), de tournesol oléique (80%), de palme (40%) et dans le suif.

Acide oxalique Chimie. Acide organique dont les sels se trouvent naturellement dans de nombreuses plantes (oseille, épinards, caco, thé, café, noix, noisettes, haricots verts, rhubarbe) ; spécialement sous forme de cristaux d'oxalate de calcium dans les cellules de parenchyme; on le produit aussi synthétiquement. De façon industrielle, il est obtenu par deux oxydations successives : acide nitrique, puis oxygène de l'air en présence d'un catalyseur.

C’est un poison corrosif que l'on peut précipiter par l'eau de chaux, le lait ou une suspension de poudre de craie.
À cause de sa capacité à se lier à certains minéraux tels que le calcium, le fer, le sodium, le potassium ou le magnésium, la consommation d'aliments à forte dose en acide oxalique peut provoquer des carences alimentaires.
L’acide oxalique est présent dans le vin à l’état de complexe ferrique, quand le vin est mis en bouteilles, la réduction du fer ferrique libère l’acide oxalique et l’oxalate de calcium précipité.

Les termes oxalémie et oxalurie désignent la concentration des oxalates dans le plasma et leur élimination urinaire.
En apiculture, il sert à lutter contre le varroa.
On dit aussi acide éthane-dioïque, acide de sucre ou sel d'oseille.

Acide palmitique Biologie. Acide gras saturé. Le gras animal en contient 20 à 30%.
On en retrouve aussi en abondance dans certains gras végétaux comme l'huile de palme (35 à 45%), un gras végétal saturé souvent utilisé dans l'industrie alimentaire (biscuits, gâteaux, margarine).
L'huile de coco est aussi riche en acide palmitique.
Revenir en haut
Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Index du Forum Plante Intérieur -> Lexique des termes utilisés en horticulture Toutes les heures sont au format GMT
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivante
Page 5 sur 6

 
Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum



phpBB © 2001, 2005 phpBB Group

Design © 2004 Hersandesign Contenu © 2005 : Plante-interieur.com

Vente en ligne de Plantes d'intérieur, Cactées, Bonsaï, Graines etc.




Partenaires: Clic Enter |